« Chantier d’entretien et de sécurisation des Gouls de Tourne »

organisé par le Club de Plongée du Val de Tourne
et la C.D.P.S. Drôme/Ardèche de la F.F.E.S.S.M.

les 27 et 28 février 2021 à Bourg Saint Andéol (Ardèche)

Les participants : 3 plongeuses – 13 plongeurs

Nom PrénomN° de licenceClub FFESSMNuméro du Club
AUDOUZE RonanA-03-098487Club Le Nautile08 30 0171
BOIS EmmanuelleA-17-772851Club de Plongée du Val de Tourne14 07 0471
CHARBONNIER EricA-03-125243UJSM Plongée14 69 0081
CONTE MichelA-04-120152Club de Plongée du Val de Tourne14 07 0471
CORDIER HervéA-03-054448Club de Plongée du Loup Pendu14 69 0081
FOURNET AlainA-03-077837La Palanquée Laudunoise08 30 0456
FROMENT GillesA-03-131296ASSP Lyon14 69 0005
GLEYSE ThomasA-06-314317U.S. Subaquatique Pontétienne33 84 0091
JAL SylvieA-03-125883Grenoble Université Club14 38 0024
LAPEYRERE JeanA-07-353694U.S. Subaquatique Pontétienne33 84 0091
METRAL FrancineA-07-343356U.S. Subaquatique Pontétienne33 84 0091
PONCIN HenryA-15-683549ASPTT Grand Lyon14 09 0066
RATTIN Pierre-EtienneA-03-123151Club de Plongée du Val de Tourne14 07 0471
SIMONET StéphaneA-03-131487ASSP Lyon14 69 0005
TURBATTE Hervé-ClaudeA-06-295585Gloup Club33 85 0395
YLLA LaurentA-03-129765Sub Valence14 26 0369

Les 3 plongeuses et 10 plongeurs sont licenciés ou adhérents au Club de Plongée du Val de Tourne

Ce chantier n’est plus organisé en tant qu’Espace Site et Itinéraire de pleine nature (ESI) du Conseil Départemental de l’Ardèche car ce dernier ne nous a plus donné de subvention depuis 2019.

Cette année, il était de nouveau porté par le club de plongée local (CPVDT) soutenu par la Mairie de Bourg Saint Andéol, la Communauté de Communes DRAGA, le Comité Régional AURA et le Comité Départemental Drôme/Ardèche de la FFESSM.

L’équipe présente et très motivée, composée en majorité de licenciés ou d’adhérents du CPVDT, a permis de tenir les objectifs que nous nous étions fixés, très importants pour le confort et la sécurité des plongeuses et plongeurs français et étrangers qui visitent régulièrement ces deux résurgences tout au long de l’année.

Nos objectifs étaient :

Goul du Pont :

Sortir un maximum de pierres qui réduisent l’entrée du goul, cela à l’aide de bassines et de parachutes ainsi que d’un treuil électrique installé sous une potence fixée sur la margelle de la vasque.

Goul de la Tannerie :

Contrôler l’exutoire du forage de Gérige.
Agrandir le passage de l’étroiture qui se trouve à 100m de l’entrée, tout celà à l’aide de bassines, de pelles- pioches et de parachutes.

Ce samedi 27 février, nous nous sommes donné rendez-vous entre 8h00 et 8h30 sur le site du Val de Tourne.

En avance, comme à mon habitude, je suis sur le site à 7h45 pour constater avec plaisir que tout ce que j’ai demandé a bien été apporté sur site ou mis en service.
Concernant les Services Techniques de Bourg Saint Andéol, les six barrières de ville sont bien là avec, sur l’une d’elle, l’affichage de l’arrêté municipal interdisant la plongée dans les sources pour des plongeurs extérieurs à notre organisation, et la prise électrique en façade du coffret situé en face de la fresque du Dieu Mithra est bien sous tension pour l’alimentation du treuil.
Pour ce qui est de la Communauté de Communes DRAGA, les containers que j’ai demandés sont bien en place pour recevoir les différents déchets que nous allons sortir des vasques et de la rivière ainsi que ceux ramassés un peu partout sur le site.

En attendant l’arrivée de l’équipe, j’installe la signalétique qui attestera de nos identités locale et départementale.

Un peu après 8h00 arrivent Francine et Thomas, suivis par Manue et Laurent, puis par Pierre-Etienne avec les « poubelles », les parachutes de relevage, la potence et nos pique-niques ainsi que Jean, avec la remorque AURA, tout celà ayant été récupéré au Robinson qui nous sert de camp de base.
Alain ne tarde pas à nous rejoindre, puis, vers 9h00 arrive Sylvie qui vient de Grenoble.
Les derniers à arriver sont nos amis lyonnais, Gilles et Stéphane, vers 9h30, ce qui fait que l’équipe du samedi est au complet, enfin c’est ce que je pensais !!!
Les premières actions consistent à fixer le pied de la potence sur la margelle du goul du Pont, à réaliser son arrimage à l’aide de cordes et de chaines sur les points d’ancrage réalisés l’an passé et à tirer l’alimentation électrique du treuil.

Le groupe est divisé en deux équipes.
L’une travaillera au Goul du Pont avec Laurent comme « chef d’équipe » et composée de Manu, Sylvie, Alain et Pierre-Etienne.
L’autre interviendra au Goul de La Tannerie. Jean en sera le « responsable » avec Francine et Thomas en amont de l’étroiture à agrandir et Gilles et Stéphane en aval.

C’est à ce moment-là que je vois arriver deux voitures d’où en descendent trois copains plongeurs lyonnais, Hervé, Eric et Henry, qui n’ont pas vu l’arrêté d’interdiction sur les réseaux sociaux et qui viennent plonger.
Spontanément, ils nous proposent de nous aider et nous les intégrons dans les équipes.
Au Goul du Pont, Pierre-Etienne s’immerge en premier car je lui ai confié ma GoPro pour qu’il filme les plongeurs au travail avant que la visibilité ne se dégrade.
Laurent et Alain s’installent à la manœuvre du treuil électrique tandis que Manue, Sylvie, Henry, Eric, et Hervé se chargent du travail en immersion où ils vont remonter les gros blocs et les galets qui doivent être retirés de l’entrée de la résurgence, à l’aide de « poubelles » et de parachutes de relevage jusqu’en surface, poubelles qui seront treuillées sur la margelle et vidées dans le lit du ruisseau Tourne.
Pierre-Etienne se joint à eux dès qu’il estime avoir suffisamment de vidéos.
Très rapidement, les premières « poubelles » arrivent en surface, pleines de pierres, de galets et de blocs qui n’ont malheureusement rien de naturel.

Vous pourrez constater sur les photos que certains blocs non naturels ont un volume conséquent et un poids non négligeable.

Au Goul de la Tannerie, le travail a lieu au niveau de l’étroiture qui se trouve à 110m de l’entrée et qui a besoin d’être agrandie.
Gilles et Stéphane ont prévu d’intervenir du côté aval de l’étroiture.
Pour agrandir l’étroiture, ils remontent les pierres tout en haut du canyon, dans une partie très peu sollicitée par le courant.

De l’autre côté de l’étroiture, Jean, Francine et Thomas chargent les pierres et les galets dans des bassines, galets qu’ils vont ensuite déverser environ à 10 mètres plus loin dans la galerie, derrière de grosses dalles, pour que le courant, lors des crues, ne les ramène pas vers l’étroiture.

En milieu de matinée, nous avons la visite de Catherine et Fabrice BURTHERET, respectivement Présidente du Comité AURA et Président du CODEP Drôme/Ardèche de la FFESSM.

Vers 11h00 arrive Jean-Pierre MAUBERT, adjoint au Maire de Bourg Saint Andéol chargé des Sports, venu soutenir l’équipe et, chose non négligeable, nous apporter l’apéritif, suivi de Jacky BEAU, conseiller municipal au Patrimoine.

Et c’est un peu après midi que Françoise GONNET-TABARDEL, Maire de Bourg Saint Andéol, nous a fait l’honneur de sa présence.

Après que nos visiteurs se soient retirés, nous déjeunons, dans le respect des règles sanitaires et de la distanciation physique, avec les pique-niques fournis par Le Robinson.

Puis, après avoir procédé au gonflage des bouteilles utilisées le matin, chacun se prépare pour le travail de l’après-midi, le ventre plein et le corps réchauffé par un bon café préparé le matin par mon épouse Patricia.

Les équipes ne changent pas l’après-midi et le travail se poursuit dans les deux résurgences.

Au Goul du Pont, ce sont toujours Alain et Laurent qui s’occupent du treuil, aidés par Manue tandis qu’Eric, Hervé, Pierre-Etienne et Sylvie s’immergent.
Et les « poubelles » pleines de pierres recommencent à sortir …………….

Au Goul de La Tannerie, Jean repart avec Francine, Henry et Thomas pour continuer à travailler du côté amont de l’étroiture à 110m.

Les « lyonnais » ne tardent pas à sortir de l’eau et à recharger leurs matériels car, confinement oblige, il faut qu’ils prennent la route vers 15h30 pour se garder une marge de sécurité au cas où il y ait des ralentissements, pour être rentrés à la maison pour 18h00.

Le travail du reste de l’équipe continue environ jusqu’à 16h30 puis c’est le repli du chantier, car seul le pied de la potence passera la nuit au bord de la vasque, tout le reste étant retiré pour éviter les tentations.

Confinement oblige, toute l’équipe rentre au Robinson avant 18h00 pour diner dans le respect des règles sanitaires et y passer la nuit.

Après une nuit de repos bien méritée, nous avons prévu de nous retrouver sur le site du Val de Tourne à 8h30.

Le soleil est au rendez-vous et nous allons profiter d’une belle journée printanière.

L’équipe a légèrement changé, les « lyonnais » n’étant venus que pour la journée du samedi, mais elle est renforcée par Hervé-Claude et Ronan, venant respectivement du Vaucluse et des Bouches du Rhône.

La matinée commence par la mise en place des banderoles, de la potence et du treuil qui avaient été démontés hier soir.

Ce matin, au Goul du Pont, se sont Manue et Sylvie qui s’occuperont du treuil pendant qu’Alain et Laurent s’immergeront pour remplir les « poubelles » et les remonter en surface avec les parachutes.

Au Goul de la Tannerie, deux trios vont se succéder en amont de l’étroiture à 110m, tout d’abord, Jean, Pierre-Etienne et Ronan, puis 1h30 plus tard, Francine, Thomas et Hervé-Claude

En fin de matinée, la visibilité commence sérieusement à se dégrader sur le chantier « Tannerie ».

Vers 12h00, les plongées terminées et les missions remplies, nous partageons un moment convivial, dans le respect des règles sanitaires, avec le casse-croûte préparé par Le Robinson dégusté au soleil, devant le Goul du Pont, précédé par un apéritif bien mérité.

Le repas terminé, nous effectuons le repli du chantier, démontage du treuil et de la potence, retrait des banderoles, rangement du matériel et chargement des véhicules.

Ce compte-rendu ne serait pas complet si j’oubliais de citer une participante importante, Joy, la chienne Yorkshire de Jean, notre mascotte.

Ensuite, chacun reprend le chemin de la maison content du travail accompli qui va profiter aux nombreux plongeurs et plongeuses fréquentant ces deux sites exceptionnels et, pour commencer, aux stagiaires FFESSM qui devraient s’y succéder durant les trois mois à venir si les conditions sanitaires liées à la COVID 19 le permettent.

Comme l’an passé, nous pouvons estimer à environ deux tonnes la quantité de galets déplacés pour agrandir l’étroiture du goul de la Tannerie et au moins autant sortis de l’entrée du goul du Pont pour le sécuriser.

Je remercie la Mairie de Bourg Saint Andéol, la Communauté de Communes DRAGA, le Comité Régional AURA et le Comité Départemental Drôme/Ardèche de la FFESSM pour leurs aides financières.

Je remercie également le Comité Régional AURA de la FFESSM pour le prêt du compresseur.

Toutes ces aides, financières et matérielles, ont permis la réalisation de ce chantier dans de très bonnes conditions.

Je remercie les Joyeux Croque Cailloux, club spéléo de Camaret sur Aygues, qui, par l’intermédiaire de Jean, ont fourni une des cordes qui a permis d’haubaner la potence.

Je remercie bien sûr tous les participants et plus particulièrement les membres du CPVDT venus bénévolement et sans qui ce chantier n’aurait pu avoir lieu.

La vidéo du chantier :

Michel CONTE,

Président du Club de Plongée du Val de Tourne

Vice-président de la CDPS Drôme/Ardèche de la FFESSM

Crédit photos : Michel CONTE, Gilles FROMENT, Jean LAPEYRE et Pierre-Etienne RATTIN

©2021 FFESSM AURA

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?